3 BENGT ET MARIE-THERESE DANIELSSON

SOMMAIRE :
* Bengt DANIELSSON : biographie
* Marie-Thérèse DANIELSSON : biographie
* Oeuvres de Bengt et Marie-Thérèse Danielsson : bibliographies suédoise, anglaise et française

BENGT DANIELSSON (1921-1997)

Documentation
1) Encyclopédie Wikipédia
Page Wikipedia en anglais
Page Wikipedia en suédois
Ces deux pages sont assez proches, la suédoise est un peu plus détaillée, mais au total elles restent sommaires. Il existe aussi des pages en allemand, norvégien (bokmal),  roumain (langue qui propose des développements plus importants) et russe.
Page Wikipedia en français
Créée le 22 janvier 2010, elle présente les biographies de Bengt et Marie Thérèse Danielsson et une bibliographie (classée selon la langue  originale de publication )
2) Sites polynésiens
a) Moruroa.org
Ce site est lié à l’Assemblée territoriale de Polynésie française, principalement au mouvement dirigé par M. Oscar Temaru, Tavini Huiraatira ; aussi la biographie 
proposée contient quelques jugements de valeur anticolonialistes dont l'expression paraît parfois un peu excessive. Sans être complète, elle est malgré tout mieux documentée et plus intéressante que les pages Wikipédia.
b) Arapo.org
Ce site créé en mémoire de Marie-Thérèse Danielsson concerne aussi largement la vie et l’œuvre de Bengt Danielsson. Il est notamment le support d’une traduction française de sa thèse, traduction qui date de 2004 (téléchargeable) et publie directement les Remerciements de cette thèse, qui donnent plusieurs indications biographiques pour la période 1947-1953, ainsi que sa Table des Matières.
3) Recensions
a) Le Journal de la Société des Océanistes (JSO)
* Recension de Economy of Raroia Atoll par  Marie-Charlotte Laroche, in JSO, 1954, n° 10.
* Recension de Work and Life on Raroia par  Patrick O'Reilly in JSO, 1955, n° 11.
* Recension de Moruroa mon amour par Jean Guiart, in JSO, 1974, n° 45.
Cette longue recension, critique envers Moruroa mon amour, replace la biographie de Bengt Danielsson dans le cadre général du passage de la Polynésie traditionnelle à la Polynésie modernisée par le CEP, avec un point de vue moins unilatéral que celui du site Moruroa.org.
 
Biographie
La biographie proposée ci-dessous est encore en cours d’élaboration et présente donc un certain nombre de lacunes.

Bengt Danielsson est né le 6 juillet 1921 à Krokek, en Suède (commune de Norrköping, province d'Östergötland).
Selon la page suédoise Wikipedia, son père était "médecin-chef" (dans un hôpital non précisé).
Bengt fait des études (ethnologie et sociologie) au début des années 1940, principalement à Upsala et peut-être à Göteborg (cf. Remerciements , où cette ville est nommée Gothenburg).

L'Amérique du Sud et la Polynésie ; les travaux sur Raroia

Après la guerre, il effectue un parcours en Amérique du Sud (Amazonie), parvenant début 1947 à Lima, au moment où se prépare l'expédition du Kon-Tiki, à laquelle il va participer (28 avril-7 août 1947), seul Suédois avec cinq Norvégiens. Revenu à Lima, il épouse  en avril 1948 une Française  rencontrée une année auparavant,  Marie-Thérèse Sailley (une fille, Maruia, naîtra en 1952).
De 1949 à 1951, il passe plus d’une année avec son épouse sur l'atoll de Raroia, qu'il connaissait déjà puisque c'est là que le Kon-Tiki s'était échoué en 1947 ; ils y retournent en 1952 avec l’appui du Bernice Bishop Museum d’Honolulu (Cf. Œuvres). En 1953, ils s'installent à Tahiti, dans le district de Paea (sur la côte ouest de Tahiti, à 25 km de Papeete), précisément à Papehue où ils ont une demeure répartie entre plusieurs fare.
Durant toute ces années, ses expéditions mises à part, il vit principalement aux Etats-Unis où il bénéficie de diverses sources de financement, comme indiqué dans les Remerciements de sa thèse : poste de recherche à l’université de Washington en 1947-48 ; en 1952, une subvention du US Office of Naval Research et l’appui du Bishop Museum lui permettent de participer à l’expédition aux Tuamotu organisée par le Pacific Science Board ; en 1953, il bénéficie d’une bourse de doctorant de la Fondation Wenner-Gren (New-York).
Plusieurs ouvrages paraissent suite au séjour à Raroia : Den lyckliga Ön (L'île du Kon-Tiki)
en 1951, Economy of Raroia Atoll (1953), Raroian Culture (1954), enfin sa thèse de doctorat, soutenue en 1955 à l’université d’Uppsala (Suède) : Work and life on Raroia, publiée à la fois en Suède, en Angleterre et aux Etats-Unis.

Les années 1950 à 1990 : les travaux sur la Polynésie et sur Gauguin
En 1954, il publie le premier travail d’ensemble sur les Polynésiens, Söderhavskärlek (L'amour dans les mers du Sud) et son premier livre sur Gauguin en 1964. Il écrit aussi des ouvrages grand public : notamment les quatre aventures de Villervalle (le fils d'un médecin envoyé par l'UNESCO dans les îles du Pacifique), publiés de 1958 à 1989, études historiques (Med Bounty till Söderhavet, 1962),  guides touristiques, récit sur Le Dernier Rendez-vous d’Eric de Bisschop (1959), etc.

En 1961 (20 janvier), il est nommé consul honoraire de Suède à Papeete.
En 1962, il part pour Londres pour approfondir ses recherches. Il y achève son livre Guauguins Söderhavsar (Gauguin à Tahiti et aux îles Marquises) publié en Suède en 1964, mais seulement en 1975 en France.
De 1967 à 1971, il est directeur du Musée national d’ethnographie de Stockholm*.
 En 1972, il réalise le catalogue de l'exposition du Musée de l'Homme sur la Polynésie et l'année suivante, rédige le chapitre « Polynésie » de l'Encyclopédie de la Pléiade.
La fin des années 1970 est marquée par la publication à Papeete du Mémorial polynésien, en 6 volumes auxquels les Danielsson ont largement participé à (cf. Œuvres).
En 1990, le maire de Papeete, Jean Juventin, le charge de réaliser l'album souvenir du « centenaire » de la ville. L'album paraît sous le titre : Papeete. 1818-1990, Bengt Danielsson refusant de prendre à son compte la date de 1890 comme celle de la création de la ville.
Etnografiska Museet, Djurgårdsbrunnsvägen 34, Stockholm. Dates fournies par le service d’information du musée.

Le militant
Il faut rappeler que les essais nucléaires ont eu lieu à Mururoa/Moruroa et Fangataufa de 1966 à 1996 et que l’installation du Centre d'Essais du Pacifique a entraîné une transformation radicale de l’économie et de la société polynésiennes.
Les Danielsson manifestent leur opposition aux essais nucléaires dès le milieu des années 1960. Ils se prononcent aussi fermement pour le droit à l’autodétermination du peuple Maohi de Polynésie française.
En 1974 sa femme et lui publient Moruroa mon amour  qui va jouer un rôle essentiel pour l’information de l’opinion mondiale au sujet des essais nucléaires. L’ouvrage est publié en anglais en 1977 et sera réédité dans cette langue dans une version et sous un titre nouveaux en 1986.

Ils y écrivent notamment : « The sudden flooding of the beautiful and peaceful islands of French Polynesia by 20,000 foreign troops and merciless profiteers in the early 1960s, when General de Gaulle made his fateful decision to build nuclear testing bases there, is fully comparable, in both its swiftness and magnitude, to the destruction wrought by a tsunami.  »
Le 8 novembre 1978, Bengt Danielsson est relevé par les autorités françaises de la fonction de consul honoraire de Suède à Tahiti (précisément : son exequatur est suspendu).
En 1991, pour son action en faveur de l'arrêt des essais nucléaires, le couple Danielsson reçoit le Right Livelihood Award, en même temps que Jeton Anjain, sénateur des îles Marshall , représentant l’atoll de Rongelap, dont les habitants avaient été « oubliés » par les militaires américains lors du tir nucléaire Bravo du 1er
mars 1954.
En 1993, leur dernier ouvrage, Moruroa, notre bombe coloniale, reprend l’histoire de cette période de trente ans d'essais nucléaires en Polynésie.
Bengt Danielsson meurt du cancer à Stockholm le 4 juillet 1997 et est inhumé à Östra Tollstad (commune de Mjölby, province d'Östergötland*).
*Östergötland : cette province a pour chef-lieu Linköping, qui se trouve à 210 km au sud-ouest de Stockholm. Krokek (Norrköping) est à une quarantaine de kilomètres à l’est de Linköping,  Östra Tollstad (Mjölby) à une trentaine de km à l’ouest.

MARIE-THERESE SAILLEY/DANIELSSON (1923-2003)

Née le 18 octobre 1923 au Thillot près de Remiremont (Vosges), c'est la fille d'un industriel du tissage, Abel Sailley (à l'heure actuelle, il existe une Imprimerie Sailley au Thillot) ;  après des études  secondaires traditionnelles, elle se trouve à 20 ans employée à l'ambassade de France à Lima (Pérou) ayant la charge des enfants de l'ambassadeur.
A partir des années 1960, elle joue un rôle important dans la lutte des peuples du Pacifique contre les armes nucléaires. Elle devient présidente de la Ligue polynésienne des femmes pour la paix et la liberté (section de la WILPF, World International League for Peace and Freedom) et la représentera dans de nombreux pays du monde.

Début 1996, année de l’arrêt des essais nucléaires à Moruroa, elle participe aux premières actions en faveur des anciens travailleurs de Moruroa et de leurs familles et en juillet 2001 est présente à Paofai (Papeete) au moment de création de Moruroa e tatou (Moruroa et nous), l’association des anciens travailleurs des sites nucléaires. Puis, comme le dit le site Moruroa.org : « Elle était à Arue, aux côtés de son amie Laisa Sanford, lors de la grande assemblée des anciens travailleurs de Moruroa du 20 juillet 2002. Elle était aussi à Paris, au Sénat, le 19 janvier 2002, lors de la conférence sur les essais nucléaires et la santé. Elle était encore à Strasbourg, en octobre 2002, lors du treizième séminaire «Solidarité Europe Pacifique », une institution à l'image même de ce que fut toute sa vie.
 »
De retour à Tahiti début décembre 2002 — après une rencontre avec la Ligue des Femmes pour la paix et la liberté en Nouvelle-Zélande —, Marie-Thérèse est frappée d'une hémorragie cérébrale et décède le 6 février 2003. Après une cérémonie funéraire à Paea, elle est ramenée en Suède et inhumée le 23 mars 2003 dans le cimetière d'Östra Tollstad aux côtés de Bengt et de leur fille Maruia*.
*
Le faire-part de décès de Maruia (11 avril 1952-8 juin 1972) indique que : "Maruia repose maintenant en paix près de la rivière Vai Ehuehu, dans sa terre de Papehue, à Paea, Tahiti." (c'est-à-dire : dans la propriété des Danielsson, jusqu'à son transfert en Suède, sans doute en 1997).

Oeuvres de Bengt et Marie-Thérèse Danielsson

La liste ci-dessous, qui inclut les éditions française, anglaise et suédoise de ses livres, a été établie à partir du catalogue du SUDOC  (dans laquelle on trouve un autre Bengt Danielsson, auteur d’ouvrage de biochimie), de la bibliographie Wikipedia-sv et de sites suédois de ventes de livres anciens.
Sont indiquées en gras les publications dans la langue d’origine, en maigre les traductions
Ordre chronologique inverse.

B
engt Danielsson, Raroia, le travail et la vie sur un atoll des Tuamotu, étude d'une acculturation en Océanie Française, édition électronique Arapo.org, Papeete, 2004. Traduit de l'anglais (Work and Life on Raroia, 1955) par Henri Theureau.
Marie-Thérèse et Bengt Danielsson, Moruroa, notre bombe coloniale, L’Harmattan, Paris, 1993.
Bengt Danielsson, I James Cook kölvatten, Bra Böcker, Höganäs, 1991. [= "Dans le sillage de James Cook"]
Bengt Danielsson, Papeete, 1818-1990, Mairie de Papeete, 1990.
Bengt Danielsson, Villervalles Kon-Tiki-färd, Wiken, (Suède), 1989. [= "Le voyage de Villervalle sur Kon-Tiki" (traduction sujette à caution]
Marie-Thérèse et Bengt Danielsson, Poisoned Reign : French Nuclear Colonialism in the Pacific, Penguin Books Australia, Ringwood, Victoria, 1986.
Traduit du français (Moruroa, mon amour, 1974). Traduit du français (Moruroa, mon amour, 1974)
Bengt Danielsson, Bengt Danielsson i Söderhavet, Bra böcker, Höganäs, 1986. [= "Bengt Danielsson dans le Pacifique"]
Marie-Thérèse et Bengt Danielsson, Tahiti autrefois, Editions Hibiscus, Papeete, 1982.
Marie-Thérèse et Danielsson, Bengt. Moruroa, Mon Amour. Penguin Books Australia, Ringwood, Vic., 1977. Traduit du français (Moruroa, mon amour, 1974)
Pierre Mazellier (dir.), Dallet Jean-Marie, Christian Gleizal et Jean-Louis Saquet,
Le Mémorial polynésien, volume 6 :1940-1961, Editions Hibiscus, Papeete, 1977.
Pierre Mazellier (dir.), Dallet Jean-Marie et Bengt Danielsson, Le Mémorial polynésien, volume 5 :1914-1939, Editions Hibiscus, Papeete, 1978
Pierre Mazellier (dir.), ???????, Le Mémorial polynésien, volume 4 :1892-1913, Editions Hibiscus, Papeete, 1978 Pierre Mazellier (dir.), Eric Monod, Bengt et Marie-Thérèse Danielsson, Le Mémorial polynésien, volume 3 :1864-1891, Editions Hibiscus, Papeete, 1978
Pierre Mazellier (dir.), Eric Monod, Bengt et Marie-Thérèse Danielsson, Le Mémorial polynésien, volume 2 :1534-1863, Editions Hibiscus, Papeete, 1978
Pierre Mazellier (dir.), Eric Monod, Bengt et Marie-Thérèse Danielsson, Le Mémorial polynésien, volume 1 :1521-1833, Editions Hibiscus, Papeete, 1978
Bengt Danielsson, Tahiti : guide du tour de l’Ile, Editions du Pacifique, Papeete, 1976.
Bengt Danielsson, Tahiti. Circle Guide Tour, Editions du Pacifique, Papeete, 1976.
Marie-Thérèse et Bengt Danielsson, 
Gauguin à Tahiti et aux îles Marquises, Editions du Pacifique, Papeete, 1975. (Presses-Pocket (collection « Agora »), Paris, 1988). Traduit du suédois (Gauguins Söderhavsår, 1964).
Marie-Thérèse et Bengt Danielsson, Moruroa, mon amour, Stock, Paris, 1974. Préface de Jean-Jacques Servan-Schreiber.
Marie-Thérèse et Bengt Danielsson, Gauguin à Tahiti, Société des Océanistes (collection « Dossiers tahitiens »), Paris, 1973.
Bengt Danielsson, La Polynésie, Gallimard (in « Ethnologie régionale », Encyclopédie de la Pléiade), Paris, 1972.
Marie-Thérèse et Bengt Danielsson, La découverte de la Polynésie, Société des Amis du Musée de l’Homme, 1972 (Catalogue de l’exposition du 20 janvier au 15 juin 1972).
Anne Lavondes et Bengt Danielsson, Jeux et sports anciens dans le Pacifique/Ancient Games and Sports in the Pacific, Maison de la Culture de Polynésie française, Papeete, 1971? . Bilingue.
Bengt Danielsson, The Captain Cook Bicentenary: two exhibitions and three papers, Musée national d’ethnographie, Stockholm, 1969.
Marie-Thérèse et Bengt Danielsson, Tahiti à l'époque de Gauguin, Papeari, 1968.
Patrick O'Reilly et Bengt Danielsson, Gauguin, journaliste à Tahiti et ses articles des « Guêpes », Société des Océanistes, Paris, 1966.
Bengt Danielsson, Gauguin in the South Seas, Allen and Unwin, Londres, 1965. Traduit du suédois (Gauguins söderhavsår, 1964).
Bengt Danielsson, Gauguins söderhavsår, Forum, Stockholm, 1964. [= "Les années de Gauguin dans le Pacifique"]
Bengt Danielsson, Aloha : Resare-Bengt berättar, Tiden, Stockholm, 1964. [= "Aloha : Bengt-le Voyageur raconte"]
Henry Adams, Mémoires d’Arii Taimai, Société des Océanistes, Musée de l’Homme, 1964. Traduit de l’anglais (Memoirs of Arii Taimai). Préface de Marie-Thérèse et Bengt Danielsson
Bengt Danielsson, What happened on the Bounty, Allen & Unwin, Londres, 1963. Traduit du suédois (Med Bounty til Söderhavet, 1962). [= "Ce qui s'est passé sur le Bounty"]
Bengt Danielsson, Kapten Villervalle, Saxon och Lindström, Stockholm, 1963. [= "Capitaine Villervalle"]
Bengt Danielsson, Le Dernier Rendez-vous d’Eric de Bisschop, Julliard, Paris, 1962. Traduit de l’anglais (From Raft to Raft, 1960).
Bengt Danielsson, Med Bounty till Söderhavet, Saxon & Lindström, Stockholm, 1962. [= "Avec le Bounty dans le Pacifique"]
Bengt Danielsson, Villervalle dans les mers du sud, Editions GP (collection « Rouge et Or », Paris, 1960. Traduit du suédois (Villervalle i Söderhavet
, 1957).
Bengt Danielsson, From Raft to Raft, Allen & Unwin, Londres, 1960 ; Doubleday, New-York, 1960. Traduit du suédois (Det stora vågspelet, 1959). [= "D'un radeau à l'autre"]
Marie-Thérèse et Bengt Danielsson, Expédition boumerang, Albin Michel, Paris, 1960. Roman traduit du suédois (Bumerang, 1956).
Bengt Danielsson, Det stora vågspelet, Saxon & Lindström, Stockholm, 1959. [= "Le grand jeu avec les vagues"(?)]
Bengt Danielsson, Villervalles ökenäventyr, Saxon & Lindström, Stockholm, 1958. [= "Aventure de Villervalle dans le désert"]
Bengt Danielsson, Villervalle i Söderhavet
, Saxon & Lindström, Stockholm, 1957. [= "Villervalle dans le Pacifique"]
Bengt Danielsson, Forgotten Islands of the South Seas, Allen & Unwin, Londres, 1957.
Traduit du suédois (Söderhavets glömda öar, 1956) . [= " "]
Bengt Danielsson, L'Amour dans les mers du Sud, Stock, Paris, 1957.
Traduit de l'anglais (Love in the South Seas, 1956).
Bengt Danielsson, Love in the South Seas, Allen and Unwin, Londres, 1956 ;  Reynal, New-York, 1956. Traduit du suédois (Söderhavskärlek, 1954).
Bengt Danielsson, Bumerang, Forum, Stockholm, 1956. [= "Boumerang"]

Bengt Danielsson, Söderhavets glömda öar : Reseskildring från Marquesaöarna, Saxon & Lindström, Stockholm, 1956. [= "Iles oubliées du Pacifique :  récit de voyage des îles Marquises"]
Bengt Danielsson, Work and Life on Raroia. An Acculturation Study of the Tuamotu Group, French Polynesia, Almqvist & Wiksells, Uppsala, 1955 ; Saxon & Lindström, Stockholm, 1955 ; Alllen & Unwin, Londres, 1956 ; MacMillan, New-York, 1956. Thèse de doctorat (Ph. D.). 
Bengt Danielsson, Söderhavskärlek : en skildring av polynesiernas sexualliv och familjeförhållanden, Bonniers, Stockholm, 1954.
[= "Amour dans le Pacifique : une description de la vie sexuelle et des relations familiales des Polynésiens"]
Bengt Danielsson, Raroian Culture (joint à : Norman Dewell, Expedition to Raroia), National Academy of Sciences (collection “Atoll research bulletin”), Washington, 1954. Multigraphié (polycopié ?).
Bengt Danielsson, Djungelvandringar och havsseglatser, Saxon & Lindström, Stockholm, 1954.
Bengt Danielsson, The Happy Island, Readers, Londres, 1954. Traduit du suédois (Den Lyckliga Ön).
Bengt Danielsson, L’Ile du Kon-Tiki, Albin Michel, Paris, 1953.
Traduit du suédois (Den Lyckliga Ön).
Danielsson, Bengt. Economy of Raroia atoll, Tuamotu archipelago
, Bernice P. Bishop Museum, Honolulu, 1953. Ronéotypé.
Bengt Danielsson, Raroia, Happy Island of the South Seas, Rand McNally, Chicago, 1953.Traduit du suédois (Den Lyckliga Ön).
Bengt Danielsson, Den Lyckliga Ön, Forum, Stockholm, 1951. [= "L'île heureuse"]





Retour à l'accueil                             Retour au Dernier Rendez-vous d'Eric de Bisschop