2 TAHITI-NUI II et III : Bengt Danielsson / Jean Pélissier

SOMMAIRE
* BENGT DANIELSSON
* LE DERNIER RENDEZ-VOUS D'ERIC DE BISSCHOP
* JEAN PELISSIER
*
CINQ HOMMMES SUR UN RADEAU
 
 
BENGT DANIELSSON (1921-1997)

Après avoir participé à l’expédition de Thor Heyerdahl sur le Kon-Tiki en 1947, Bengt Danielsson entre en contact avec la population de l’île de Raroia dans l’archipel des Tuamotu ; plusieurs séjours, notamment de 1949 à 1952, lui permettent d’élaborer une thèse de doctorat soutenue en 1955 à l’université d’Uppsala (Suède) : « Work and life on Raroia. An acculturation study from the Tuamotu group, French Polynesia. ».
Par la suite, de 1967 à 1971, Bengt Danielsson a été directeur du Musée national d’ethnographie de Stockholm.
Ayant épousé, en 1948, une Française (Marie-Thérèse), il vit généralement en Polynésie française, participant avec elle à la lutte contre les essais nucléaires de Mururoa.
Bengt Danielsson est l'auteur de nombreux livres sur la Polynésie.

Les biographies de Bengt et Marie-Thérèse Danielsson sont présentées de façon plus détaillée, en même temps qu'une bibliographie de leurs oeuvres sur cette autre page.
 

LE DERNIER RENDEZ-VOUS D’ERIC DE BISSCHOP

PRESENTATION
La traduction en français par Janine Claude est faite à partir la version anglaise (From Raft to Raft), elle-même traduite du suédois (Det stora Vagspelet) ; elle est publiée en 1961 par les éditions Julliard, dans la collection « Mappemonde » (dirigée par Gaston Bonheur, secrétariat général : Georges Pernoud).
Cartes
Page 4 : le périple du Tahiti-Nui (trajets des Tahiti-Nui I et II, et du Kon-Tiki)
Plans
Page 80 : le Tahiti-Nui I, plan et profil
Page 95 : le Tahiti-Nui II, plan et profil
Page 186 : le Tahiti-Nui III, plan et vue arrière
Photos (intercalées page 128)
Bengt Danielsson et Alain Brun
4 photos prises sur le Tahiti-Nui I
Eric de Bisschop
Le Tahiti-Nui II à l’arrivée à Callao
Alain Brun, Juan Bugueno, Hans Fischer et Jean Pélissier
3 photos prises sur le Tahiti-Nui II
Le Tahiti-Nui III récupéré après le naufrage
Les rescapés à Rakahanga
Repas à Rakahanga avec les habitants
Le cercueil d’Eric de Bisschop ramené au Lotus

CONTENU DU LIVRE
Introduction (pages 7-32)
Bengt Danielsson évoque son premier contact avec le Tahiti-Nui en octobre 1956, lors d’un retour à Papeete, puis retrace la vie du navigateur (
pages 10-24) ; il rapporte ensuite une  conversation avec Eric de Bisschop à propos de l’expédition Tahiti-Nui, décrit le départ du radeau en novembre 1956 et termine ce chapitre par l’arrivée à Papeete, en septembre 1958, de la canonnière « Lotus » revenant de Rakahanga avec les rescapés de l’expédition et le cercueil d’Eric de Bisschop.
Bengt Danielsson s’efface ensuite derrière le narrateur Alain Brun, qui comme Eric de Bisschop et Juan Bugueño, a participé aux deux expéditions Tahiti- Nui.

1) Apprentissage (pages 33-52)
Ce chapitre retrace le parcours d'Alain Brun jusqu'à son entrée dans le projet Tahiti-Nui.

2) Le récit des voyages

A) Tahiti-Nui I
Le récit est conforme à celui d’Eric de Bisschop dans Cap à l’est (les participants en dehors d’Eric de Bisschop, Francis Cowan, Michel Brun, Alain Brun et le Chilien Juan Bugueño).

B) Le séjour au Chili*
Cap à l’Est prenait fin à l’arrivée à Valparaiso et ne détaillait pas sur la suite, qui nous est donc fournie par Le dernier rendez-vous....
Après l’accueil chaleureux à Valparaiso le 29 mai, les cinq navigateurs, rejoints par le consul du Chili à Papeete, Carlos Garcia-Palacios, responsable à terre de l’expédition, vont à Santiago. Atteint d'une pneumonie, Eric de Bisschop est hospitalisé deux mois. Pendant cette période ont lieu les premiers contacts avec les chantiers navals de Constitucion, qui interviennent dans une perspective publicitaire. La construction du Tahiti-Nui II (radeau en troncs de cyprès essentiellement, compte tenu de la localisation du chantier) commence en septembre 1957, sous le contrôle d'Alain Brun, tandis qu’Eric de Bisschop écrit Cap à l’Est à Lontue, dans la hacienda d'amis chiliens. Le livre est achevé en janvier 1958 et Eric de Bisschop s'installe à Constitucion. Francis Cowan et Michel Brun étant repartis à Tahiti dès l'été, ils sont remplacés par un océanographe français, Jean Pélissier, et un ingénieur chilien, Hans Fischer. Juan Bugueño, après être reparti chez lui à Puerto Montt, revient participer au retour à Tahiti.
* Cette période est évoquée par un Chilien de Constitucion, Omar Ortiz-Troncoso (qui aurait participé aux travaux) dans la "Revista Mar", revue de la Liga Maritima de Chile, année 2007, page 51 : Tahiti-Nui II. Cf. http://www.ligamar.cl/revis8/51.htm


C)
Tahiti-Nui II
Le livre donne la chronologie suivante :
14 février : transfert du radeau de Constitucion à La Poza (avant-port à un kilomètre en aval)
15 février : départ de La Poza, l'ambassadeur de France étant présent sur le radeau durant le passage de la barre fluviale.
26 mars : arrivée à Callao, où la flottabilité du radeau est améliorée grâce à des troncs de balsa et à des barils en aluminium.
13 avril : départ de Callao sur un trajet assez proche de l'Equateur.
26 mai : rencontre avec le cargo Pioneer Star par 110° Ouest et 3° Sud.
5 juin : apparition d'une forte gîte marquant le début d'une grave perte de flottabilité.
Peu après, Eric de Bisschop tombe malade (épuisement) et passera le reste du voyage allongé.
27 juin : enfoncement de 90 cm (le pont est  submergé, mais les navigateurs se sont installés sur le toit de la cabine).
1° juillet : le radeau passe à 35 milles au nord des Marquises ; le nouvel objectif est le groupe Flint-Vostok-Caroline (îles Gilbert) qui sera aussi manqué par le sud (nouvel objectif : Starbuck).
28 juillet : construction d'un balancier qui améliore la flottabilité.
29 juillet : délestage massif.

D) Tahiti-Nui III et Rakahanga
6 août : à 250 milles de Starbuck ; décision de construire un radeau de remplacement, le Tahiti-Nui III, beaucoup plus petit.
14 août : abandon du
Tahiti-Nui II.
16 août : le Tahiti-Nui III manque Starbuck par le sud à 29 milles (nouvel objectif : Penrhyn/Tongareva).
21 août : le radeau manque Penrhyn par le nord à 40 milles.
24 août : tempête.
26 août : le vent tourne au nord-est, plaçant le radeau dans une direction sud-ouest vers le groupe Rakahanga-Manihiki.
samedi 30 août : arrivée en vue de Rakahanga (vers 17 heures), échouage suivi d'un chavirage sur les récifs qui ferment le lagon (vers 21 heures) ;  arrivée sur la plage peu avant minuit (Eric de Bisschop meurt entre 21 heures et minuit).
dimanche 31 août : accueil des rescapés dans le village de Rakahanga, dont le responsable s'appelle Turuta. Le soir, inhumation d’Eric de Bisschop dans le cimetière de Rakahanga.
lundi 1° septembre : enquête sur le naufrage en présence d’un administrateur des îles Cook en tournée avec un juge. La conclusion de l’enquête est qu’Eric de Bisschop est mort d’un choc à la tête subi au moment de l’échouage. Télégramme de Tahiti annonçant le départ de la canonnière « Lotus »
jeudi 4 septembre : arrivée du navire ; exhumation d’Eric de Bisschop et départ vers Tahiti.

Retour à l'accueil



JEAN PELISSIER (1933-????)

Né en 1933 à Alger.
Etudes secondaires à Strasbourg et Paris.
Etudes supérieures à l'Ecole supérieure de Biologie-Chimie de Paris.
Institut géophysique de Bergen ; deux expéditions dans l'Arctique.
Institut de biologie marine de Montemar (Université du Chili), pour l'Année géophysique internationale ; expédition dans l'Antarctique.
Assiste à l'arrivée de l'équipage du Tahiti-Nui à Valparaiso.
Effectue un voyage d'études à l'île de Pâques sur un quatre-mâts.
De retour, se fait recruter par Eric de Bisschop pour l'expédition à venir.

Source : Cinq hommes sur un radeau.

CINQ HOMMES SUR UN RADEAU

PRESENTATION
Le livre, surtitré : Expéditions Tahiti-Nui II et III, est publié en 1959 par les Editions de la Pensée moderne* dans la collection "La Marche du monde". En France, c'est le premier ouvrage consacré à l'expédition retour.

Il comporte une dédicace (page 7) :
A mes compagnons d'aventure et au chimiste belge qui, au Pérou, nous a fourni les flotteurs métalliques sans lesquels je n'aurais pu survivre et remiercier ici :
Le CHILI qui nous a donné le "Tahiti-Nui II",
FRANCIS et les MAORI qui nous recueillirent,
La MARINE NATIONALE qui nous ramena à) une terre de France.
HINI RIA RIA TE TAI O TE ATUA 
(Terribles sont les vagues de l'océan des dieux.)

Pages  11 à 13, on trouve une préface de Bob Putigny.

*Editions de la Pensée moderne : située 112, Boulevard Rochechouart, Paris, cette maison semble avoir fonctionné jusque dans les années 1970. 



Retour à l'accueil