2 Présentation des sources

Il n’existe pas, à ma connaissance, de biographie d’Eric de Bisschop.

On dispose de notices courtes, d'ailleurs pas totalement fiables :

a) Nadine Lefébure, Visages de grands marins, Editions du Sud, Paris, 1964, pages  399 et suivantes, qui fait une erreur flagrante sur le trajet du Kaimiloa ;

b) Etienne Taillemitte, Dictionnaire des marins français, Editions Tallandier, Paris, 2002, page 50, qui fait la même erreur, parle de la « pirogue à balancier Kamiloa », et écrit Eric de Bisshop ; 

c) Qui était qui en France, Editions Jacques Laffitte, Paris, 2005, page 226, avec la même erreur sur le nom du navigateur, mais un trajet correct du Kaimiloa ;

d) Jean-Marie Williamson : Voyage au pays de la plaisance, Editions des Deux Rives, Nantes, 2000, 173 (le Tahiti Nui II) ; l’ouvrage évoque d’autres bateaux du navigateur, page 72 (le Kaimiloa) et page 79 (le Kaimiloa Wakea) ;
e) Dominique Lebrun et Nathalie Meyer-Sablé, Gueules de marins, Editions du Chasse-Marée, Douarnenez, 2008, page 51.

Les pages Wikipedia, qui existent dans quatre langues, sont plus développées et leur fiabilité paraît supérieure, dans la mesure où elles utilisent les ouvrages ci-dessous énumérés, que l'on peut considérer comme des sources (quoique de nature littéraire, et donc éventuellement sujettes à caution). 

 

Ces sources sont principalement les deux récits autobiographiques d’Eric de Bisschop :

1) Kaimiloa : D'Honolulu à Cannes par l'Australie et Le Cap, à bord d'une double pirogue polynésienne (Au delà des horizons lointains 1), Editions Plon, 1939, réédition : Hachette, 1953 (ce livre retrace les années 1935-1938) ;

2) Cap à l'Est : Première expédition du Tahiti-Nui, Plon, 1958, qui retrace les années 1947-1957 ;  

ainsi que :
3) le livre écrit parallèlement à Kaimiloa par un de ses amis, François de Pierrefeu : Les Confessions de Tatibouet (Au delà des horizons lointains 2), Editions Plon, Paris, 1939,
qui, en ce qui concerne Eric de Bisschop, retrace les années 1931-1935 ; 

4) celui écrit par un autre de ses amis, Bengt Danielsson, anthropologue suédois qui avait participé à l'expédition du Kon-Tiki : Le dernier rendez-vous d’Eric de Bisschop, Julliard, Paris, 1962 ;

5) Les Mascottes du Tahiti-Nui, de Jaime Bustos Mandiola, Editions G.P. (Collection Rouge et Or, Dauphine), Paris, 1959. L'auteur a participé, au Chili, à l'expédition Tahiti-Nui I ;
6) La Tragédie du Tahiti-Nui, de Michel Brun, Flammarion (Collection L'Aventure vécue), Paris, 1959. Michel Brun était membre de l'équipage du Tahiti-Nui I, mais n'a pas participé à la navigation de retour. 
7) le livre de Jean Pélissier, Cinq hommes sur un radeau, Editions de la Pensée moderne, Paris, 1959. Jean Pélissier était membre de l'équipage du Tahiti-Nui II.

Eric de Bisschop a aussi écrit : Vers Nousantara, ou l'énigme polynésienne, La Table Ronde, Paris, 1963 (Collection «L'ordre du jour»), un livre sur ses idées à propos de l’histoire de la Polynésie.



On peut ajouter quelques références dans la presse grand public :

* Le Chasseur Français, n° 652 (juin 1951), page 351 : « La croisière du Kaimiloa ».
Cf.
http://perso.numericable.fr/~mobriant/articles/1951/1951351A.htm.

* Paris-Match, n° 412 (2 mars 1957) : « Le radeau d'Eric de Bisschop ». Réceptionné par radio, l'article s'attire le commentaire suivant d'Eric de Bisschop (Cap à l'Est, page 190) : «C'est le plus grand tissu d'inexactitudes et d'idioties que j'aie entendues.».

* Paris-Match, n° 430 (6 juillet 1957) : « L’épopée du Tahiti Nui » (couverture et pages 52-61 ;  les pages 60 et 61 donnent des extraits du journal de bord d'Eric de Bisschop, publié ultérieurement dans Cap à l'Est).

* Paris-Match, n° 494 (27 septembre 1958) : « Eric de Bisschop, le naufrage du Tahiti Nui ».

* Time Magazine (15 septembre 1958) : « The Reef at Rakahanga ».
Cf.
http://www.time.com/time/magazine/article/0,9171,863801,00.html

  


Retour à l'accueil