2 FOU PO I et II : François de Pierrefeu

FRANÇOIS DE PIERREFEU
La vie de François de Pierrefeu, dont on ne parle ni dans les éditions du Who's who  in France (années 1950), ni dans Qui était qui en France (2005), est faiblement documentée sur Internet : son nom y apparaît en relation avec les livres qu'il a publiés, qui sont au nombre de trois :
- Le Corbusier et Pierre Jeanneret, Crès, 1932
- Les Confessions de Tatibouet, Plon, 1939
- La Maison des hommes, Plon, 1942.
On peut ajouter sa préface à un recueil de poèmes de Jean Nocher, Gueules noires, Saint-Etienne, 1941.
Curieusement, les fiches de bibliothèques de ces ouvrages ne donnent pas ses dates de référence, contrairement à l'habitude. Sa date de naissance doit être proche de celle d'Eric de Bisschop. François de Pierrefeu apparaît aussi plusieurs fois sur le site de la fondation Le Corbusier(http://www.fondationlecorbusier.fr/), en relation avec le troisième ouvrage signalé.

La synthèse des renseignements disponibles permet d'indiquer :
- que François de Pierrefeu a connu Eric de Bisschop au cours de la Première guerre mondiale ;
- qu'il a été en relation avec Le Corbusier dans l'entre-deux-guerres et pendant la Seconde guerre mondiale ;
- qu'il a collaboré à la revue Plans, fondée en 1931, par Philippe Lamour : http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=134
- qu'à la fin des années 1930, il était installé près de Tanger où il avait une maison (''maisonnette'', écrit-il) ''à la campagne''.

On peut le rapprocher de Jean de Pierrefeu (1883-1940) auteur de Grand Quartier Général (1922)  ; un autre auteur se nomme Guy de Pierrefeu (env. 1860-env. 1930), mais il s'agit d'un pseudonyme.
Par ailleurs, une liste généalogique indique un François Malcor Deydier de Pierrefeu (1891-1959).
 
LES CONFESSIONS DE TATIBOUET


PRESENTATION
Ce livre, formellement seconde partie du diptyque Au delà des horizons lointains (traduction du mot polynésien Kaimiloa) est pourtant consacré aux premières navigations personnelles d’Eric de Bisschop, de 1932 à 1935, sur les Fou Po I et II. Il s’achève avec l’arrivée à Kalaupapa (Iles Hawaii) et la destruction du bateau le 27 octobre 1935, points de départ de Kaimiloa, consacré aux années 1935-1938.
Publié en 1939, le livre connaît encore un tirage en juillet 1950, avec l'indication : ''6° mille''.
Il comporte une dédicace : 
AU DOCTEUR TONY GRANGIER,

qui a reçu les enseignements de la Mer
et ceux des terres lointaines.
Tanger, décembre 1938
Cartes :
Pages 32-33 : trajets des Fou Po et du Kaimiloa
Pages 80-81 : trajet du Fou Po II à l’ouest et au nord de l’Australie
Photographies :
Page 24 : Le Fou-Po I au milieu de l’escadre (lieu non précisé) [la même photo se trouve du reste page 121)
Page 56 : Le Fou-Po I (deux photos : proue, bâbord)
Page 72 : Tatibouet (deux photos près d’un bateau en construction)
Page 136 : Construction du Fou-Po I ; le capitaine dans la cabine du Fou-Po
Page 184 : Tati et ses amis les Papous « cannibales » du village de Opi Opi ; Bisschop devant le Fou-Po, sur la côte des cannibales.
Page 200 : Bisschop et Tatibouet à leur arrivée à Honolulu [27 octobre 1935] ; Tatibouet et le capitaine à leur départ d’Honolulu [mars 1937]
Ces photos sont intéressantes à titre illustratif, mais les situations ne sont pas toujours claires (sauf les quatre dernières). Par ailleurs, aucune explication n’est donnée en ce qui concerne la conservation de ces photos, les deux dernières mises à part.
Remarque sur les noms de lieux :
certains de ceux qu'utilise François de Pierrefeu ont subi des modifications voire des transformations notables, en particulier :
Hankow = Hankou (une des composantes de l’agglomération de Wuhan)
Amoy = Xiamen
Taihoku = nom japonais de Taipei
Keelung = Chilung
 
CHAPITRE 1 : LES DEUX DU ''KAIMILOA''
Dans le premier chapitre des Confessions , François de Pierrefeu évoque sa rencontre avec Eric de Bisschop, et Joseph Tatibouet à Tanger au début de 1938, et particulièrement une soirée où les deux navigateurs lui racontent leurs périples des six dernières années. On peut supposer que par la suite, un accord a été conclu entre lui et Eric de Bisschop pour se répartir le travail d’écriture, de sorte que Les Confessions de Tatibouet et Kaimiloa  ont pu paraître en même temps au cours de l’année 1939.
Comme le titre l'indique, la personnalité de Joseph Tatibouet est évoquée de façon assez détaillée dans les Confessions, avec, notamment, un aperçu biographique pour les années 1915-1931. En ce qui concerne Eric de Bisschop, François de Pierrefeu  ne donne que des indications de détail. Il signale surtout qu’en 1931, Eric de Bisschop commandait un cargo chinois sur le Yang Tsé Kiang lorsqu’il a fait connaissance avec Joseph Tatibouet à Hankow, le persuadant ensuite de participer à son projet d’expédition dans le Pacifique. A l’origine il envisageait un voyage d’une année de la Chine à la Californie, au cours duquel il comptait vendre des curios chinois. Par ailleurs, il compte bien mener des études au cours du trajet et est à ce sujet en relation avec la Société de Géographie de Paris (cet aspect est du reste peu développé : la seule allusion se trouve à la fin du livre, page 241).
FOU PO I
François de Pierrefeu ne donne pas de détails sur la période fin 1931-avril 1932, de sorte que la construction du premier Fou Po n’est pratiquement pas documentée
Il s’agit d’une jonque chinoise de 40 tonneaux, avec un équipage de 5 personnes : outre Eric de Bisschop et Joseph Tatibouet, deux Russes de Kharbine et un Géorgien, recrutés à Hankow, qui se révèleront rapidement inaptes au travail de marin.

1932

CHAPITRE 2 : MORT ET RENAISSANCE DU ''FOU-PO''
début 1932 : fin de la construction du Fou Po dans un chantier de Shanghai
avril : remontée du Fou Po de Shanghai à Hankow
1° octobre : départ de Hankow ; panne de moteur
18 octobre : Shanghai ; réparation du moteur et mise au point
20 novembre : départ de Shanghai pour Woo Sung
21 novembre : départ de Woo Sung
28 novembre : après une tempête de plusieurs jours, échouage  du bateau à l’extrémité nord de Formose ; l’épave est pillée durant la nuit par les habitants du lieu.
Décembre : passage par Taihoku (consulat), puis par Keelung ; retour sur le continent, à Amoy (consul : M. Roy) 
FOU PO II

Il s’agit d’un jonque chinoise (type Fukien) de 12 tonneaux, avec un équipage de 2 personnes (plus un chien, Shiao-Keu, offert par un Français d’Amoy).
1933
janvier-février : construction du Fou Po II
22 février : lancement du bateau
16 mars : appareillage
19 mars : Manille (alors port américain)
SEJOUR A MANILLE
11 avril : départ de Manille
21 avril : Zamboanga (au sud de Mindanao, aussi port américain)
SEJOUR A ZAMBOANGA

CHAPITRE 3 : LE CONTRE-COURANT ET L'ILE AUX CASTORS
15 juin : départ de Zamboanga (objectif : Sydney via longitude 160°) ; à partir de là, Eric de Bisschop consacre beaucoup de temps à l’étude des courants et des îles (trajet en zigzag)
10 juillet : vers le groupe Merir/Current/Sonsorol (Palau)
13 juillet : rencontre avec des indigènes de Sonsorol
31 juillet : découverte de tarets ; retour vers les Moluques
6 août : passe de Waigeu
7 août : Petit-Saonek
SEJOUR A PETIT-SAONEK
18 août : départ de Petit-Saonek
1° septembre : Amboine (cuivrage de la coque et amélioration de la cuve à eau)
30 septembre : départ d’Amboine (objectif : Sydney via la côte ouest de l’Australie)

CHAPITRE 4 : LE FANTÔME DE SHIAO-KEU 
21 octobre : Port Hedland ; ravitaillement en eau
SEJOUR A PORT-HEDLAND
29 octobre : départ de Port Hedland
17 novembre : le bateau se trouve déporté à 700 milles à l’ouest de la côte australienne
18 novembre : tempête ; mort du chien Shiao Keu ; perte du gouvernail
22 novembre : après avoir dérivé en rond, ils se retrouvent en présence du cadavre du chien
26 novembre : rencontre d’un cargo norvégien,  “Tarn”, qui leur offre des secours (refusés)
30 novembre : fin de la réparation sommaire du gouvernail, mais la manoeuvrabilité est désormais très inférieure ; retour vers le continent australien
16 décembre : Shark’s Bay (sans escale) ; décision de remonter jusqu’à Broome
1934
2 janvier : Broome ;
SEJOUR A BROOME
réfection du gouvernail avec l’aide de la Mission de Beagle Bay

CHAPITRE 5 : FORCES ET FAIBLESSES DU "FOU-PO"  
23 février : départ de Broome vers Beagle Bay
SEJOUR A BEAGLE BAY
 1° mars : départ de Beagle Bay
20 mars : Port Darwin ;
23 mars : départ de Port Darwin vers Thursday Island
3 mai : à 60 milles de Thursday Island, île inconnue
6 mai : Good Island puis Thursday Island (conférence d’Eric de Bisschop)
SEJOUR A THURSDAY ISLAND
26 mai : retour vers l’île repérée le 3 mai
15 juin : retour vers Thursday Island
22 juin : départ de Thursday Island vers Sydney
4 juillet : Coconut Island (rencontre avec un breton)
5 juillet : départ vers passe de Bligh
9 juillet : bris du mât de misaine
10 juillet : accostage en Papouasie dans le delta de la rivière Kikori

CHAPITRE 6 : GEMEAUX PAPOUS 
SEJOUR EN PAPOUASIE (10 juillet 1934-4 février 1935)

CHAPITRE 7 : LES DEUX GENTILSHOMMES DE PAPOUASIE 

1935

25 janvier : retour de Tati
2 février : dégagement du navire
4 février : départ
9 février : Port Moresby
13 février : départ de Port Moresby

CHAPITRE 8 : LE CHANT DES FEMMES QUI VONT A CONFESSE
 
2 mars : Samaraï
SEJOUR A SAMARAI
22 mars : Tulagi (Guadalcanal) ;
SEJOUR A TULAGI
Maladie, Eric de Bisschop est hébergé chez le gouverneur des îles Salomon du Sud, M. Ashley ;
5 avril : Wanoni Bay (côte nord de San Cristobal)
SEJOUR A WANONI BAY
La mission
6 mai : jubilé de George V
7 mai : départ de Wanoni Bay pour les Marquises

CHAPITRE 9 : FRUITS DU JAPON
 
16 juillet : compte tenu des vents contraires à un débarquement dans les Gilbert, décision est prise d’accoster à Jaluit (sous contrôle japonais, au titre d’un mandat de la SDN). Cependant, vents et courants contraires vont maintenir le bateau trois jours dans la zone de Mille Atoll, où Eric de Bisschop en profite pour faire des mesures hydrographiques.
22 juillet : arrivée à Jaluit
SEJOUR A JALUIT
Convoqué chez le gouverneur, Eric de Bisschop est rapidement accusé de “faire de l’hydrographie pour le compte d’une puissance étrangère” et soumis à un interrogatoire qui va se prolonger chaque jour jusqu’au 4 août afin qu’il avoue quelle est cette puissance. Il lui est particulièrement reproché la station aux alentours de Mille Atoll, qui est à cette époque en cours de fortification. Par ailleurs, il va se rendre compte que les autorités japonaises détiennent tous les papiers du Fou Po I, dont il avait en vain signalé la perte en 1932. Au départ, il communique avec le gouverneur grâce à des interprètes non compétents en matière de marine ; à partir du 1° août, intervient un officier de marine qui s’aperçoit rapidement que le gouverneur commet un abus de pouvoir et qui va progressivement l’amener à renoncer à cette enquête absurde : le 6 août, les deux navigateurs sont  officiellement relaxés, mais doivent partir sans délai.
7 août : départ de Jaluit . ils se dirigent d’abord vers l’Est où Eric de Bisschop reprend ses études hydrographiques.

CHAPITRE 10 : L'HYMNE SANS LEVRES
 
1° septembre : atteignant la longitude 180° E, ils prennent la direction nord (légèrement déviée vers le nord-est)
21 septembre : découverte des conserves avariées : deux barils contenant leurs vivres de réserve, que les soldats japonais ont percé lors d’une fouille
23 septembre : parvenus à la latitude 33° N, ils rencontrent les vents d’ouest et prennent la direction des îles Hawaii (latitude :
7 octobre : symptômes d’appendicite chez Eric de Bisschop (qui sera opéré à Honolulu à la fin du mois) qui est désormais très affaibli
14 octobre : dernière boîte de conserves
22 octobre : rencontre avec un paquebot qui ne les voit pas
23 octobre : arrivée en vue de Molokai par le nord-ouest mais un courant contraire les bloque sur place tandis qu’ils ne parviennent pas à se signaler ;
24 octobre : calme plat, puis de nouveau courant contraire ; Eric de Bisschop perd l’usage de ses jambes
25 octobre : le vent d’ouest se levant, ils décident de gagner Molokai, malgré les problèmes que pose cette île ; mouillage vers 18 heures ; arrivée d’une barque avec 4 indigènes puis avec le surintendant Cook ; ils sont emmenés à l’hôpital
27 octobre : dans la nuit, une bourrasque violente projette le Fou Po sur le rivage  (l’amarrage n’étant pas suffisant)
Tati assiste à la messe des lépreux.