2 BIOGRAPHIE D'ERIC DE BISSCHOP

(avec indication des sources)


La famille d'Eric de Bisschop

Eric de Bisschop est né à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais) le 21 octobre 1891 (la date du 21 est attestée par Kaimiloa, page 9 : "le 21 octobre, jour de mon anniversaire !").

La famille d'origine
Dans Kaimiloa, il écrit que juste après son arrivée à Cannes, il a demandé à un journaliste de "téléphoner au plus vite à [s]a vieille maman, qui craignait tant de mourir avant de m'avoir revu, à [s]es soeurs et à d'autres êtres très chers  qui [l]'attendent à Nice...". (il ne donne pas d'autres explications sur le dernier point : sa première femme et sa fille ? Cf. infra, 1923). Cette phrase semble indiquer qu'en 1938, son père est décédé et qu'il n'a pas (ou plus) de frères. Il ne donne pas les prénoms de sa mère ni de ses soeurs (de même qu'il ne nomme jamais son épouse que par son alias hawaiien).
Pour le moment la famille de Bisschop reste donc mal connue.

Une famille noble ?
Le titre de baron lui est attribué dans un journal de Hawaii, le Honolulu Star-Bulletin du ??????1941, qui présente aussi son épouse comme baroness Constance de Bisschop ; dans son introduction, Bengt Danielsson le qualifie de véritable noble. On peut cependant noter que l'intéressé ne fait nulle part, à ma connaissance, état de ce titre ni de cette qualité. J'ajouterai que si noblesse il y a, elle n'est probablement pas liée à la forme du nom : de Bisschop est manifestement un nom néerlandais dans lequel de correspond à l'article défini le : de bisschop/l'évêque. Cela ne signifie pas qu'il ne soit pas noble, étant donné que la particule n'est pas nécessaire pour cela. En revanche, il n'y aurait pas lieu d'écrire Bisschop, si Bisschop n'est pas un nom de lieu.

Le filleul de Pétain ?
Ce lien péri-familial est évoqué par Nadine Lefébure (1964) ainsi que par ????????. Là encore, on n'en trouve pas trace dans les écrits d'Eric de Bisschop, qui évoque pourtant Pétain à titre personnel dans les documents du CADN : séjour chez Pétain peu après la fin de la Première Guerre mondiale ; de nouveau, peu avant la Seconde, avec son épouse hawaiienne (sans doute pendant l'hiver 1938-1939, alors que Pétain est simplement membre du CPDN, avant qu'il parte comme ambassadeur à Madrid en mars 1939) ; aide financière personnelle de Pétain en 1940-41, etc, .. Les liens entre Eric de Bisschop et Philippe Pétain sont d'ailleurs connus dans les milieux informés : par exemple, les services diplomatiqus de la France de Vichy aux Etats-Unis.Le Honolulu Star-Bulletin cité plus haut indique aussi que Pétain a été témoin pour le mariage d'Eric de Bisschop avec Constance Constable

Ces liens sont très certainement, compte tenu de la différence d'âge, des liens d'origine familiale et non personnelle. Pétain étant originaire du Pas-de-Calais, il est plausible que les parents d'Eric de Bisschop aient pu le connaître à un moment ou à un autre. A supposer que Pétain ait réellement été le parrain d'Eric, on peut remarquer qu'en 1891, c'est une personnalité qui n'a rien de remarquable : il est alors simplement capitaine et a été affecté, après sa sortie de l'Ecole de guerre, à l'état-major de la ???° Région militaire (Marseille).

Les familles construites
Eric de Bisschop s'est marié une première fois (Danielsson) après la Première Guerre mondiale (épouse non identifiée) et le couple a eu une fille (non identifiée) née en 1923 (Pierrefeu), probablement la mère de Franck Goddio (né en 1947 à Casablanca). Un divorce est intervenu avant ou après le départ d'Eric pour la Chine.
Il s'est marié une seconde fois (Honolulu Star-Bulletin) , après le voyage du Kaimiloa, avec une Américaine de Honolulu, Constance Constable, "Papaleaiaina", qui avait une fille d'un précédent mariage, Yolanda (née vers 1925). Il évoque leur rencontre lors de la construction du Kaimiloa, et leur relation est ensuite devenu un objet médiatique, expliquant pour les journalistes le départ tardif du Kaimiloa. Elle le rejoint à Tanger au début de 1938, et vient l'attendre à Cannes. Le mariage intervient à la fin de l'année 1938, peut-être avec la participation du Maréchal Pétain. Malgré son départ pour la Polynésie en 1947, il n'y a pas eu de divorce dans leur cas et ils se sont rencontrés pour la dernière fois (la seule depuis 1947) à Papeete peu avant le départ du Tahiti-Nui (Cap à l'Est).
En ce qui concerne sa période polynésienne, il évoque une femme avec laquelle il vivait en dernier lieu à Rurutu : Teritariaa, venue à Papeete peu avant le départ du Tahiti-Nui et qui a rencontré Constance de Bisschop.

Chronologie détaillée de la vie d'Eric de Bisschop

Etudes
- études chez les Jésuites (Kaimiloa, CADN)

Avant 1914

- 1905 (Ollivier) : mousse sur le cap-hornier Dunkerque (Kaimiloa, (1) ; novice (Lefébure, Taillemitte) ;
- ???? : échoue au concours de l'Ecole navale (Taillemitte), fait (SUJET A CAUTION) que l'on pourrait situer vers 1910
- ????  : suit les cours d'une Ecole d'Hydrographie ; devient pilotin, puis lieutenant de pont (Ollivier) ; en tout état de cause, bien que cette école ne soit pas localisée (peut-être à Dunkerque), il s'agit certainement d'une formation d'officier de la marine marchande.
- ???? : lieutenant au long cours (Taillemitte)
- ???? : capitaine au long cours (Pierrefeu, 6 ; Lefébure, Ollivier)

Première Guerre mondiale

- 1914 : enseigne de vaisseau de réserve (Taillemitte)
- 1914-1915 : commande un patrouilleur opérant dans le Pas de Calais (Kaimiloa (2) ; un dragueur de mines (Ollivier)
- 1915 : participe à l'opération des Dardanelles (Taillemitte)
- ???? : stage à Pau (Kaimiloa (3)
- ???? : brevet de pilote de chasse (Lefébure)  [SUJET A CAUTION]
- ???? : passage à Arzew, en Algérie (Pierrefeu, 262)
- 1917 : à Toulon (Kaimiloa)
- 1917 : accident d'avion au large de Toulon (Kaimiloa (4) ; date de 1917 : Cap à l'Est), puis longue hospitalisation

1918-1927

- 19?? : vacances sur la Côte d'Azur chez les Pétain (CADN
- ???? : mariage (Danielsson, 11)
- ???? : crée une entreprise de charpente (Danielsson, 11)
- ???? : crée une entreprise de navigation entre la France et l'Afrique Occidentale (Danielsson, 11)
- 1923 : naissance d'une fille (Pierrefeu, 262 : il s'agit d'une réminiscence survenue peu avant l'arrivée à Molokai en 1935, à un moment où la perspective de mourir est tout à fait vraisemblable) ; cette fille est sans doute la mère de l'archéologue Franck Goddio (né en 1946), présenté comme petit-fils d'Eric de Bisschop

1927-1931 : la Chine

- 1927 : départ pour la Chine, à titre privé (Kaimiloa, 7 : Je me revois arrivant en Chine,... pourquoi en Chine ? Parce que c'était déjà le seuil du Pacifique... [...] mon débarquement [...] sur le Bund [...] de Shangaï, [...]n'ayant que cent cinquante malheureux francs en poche....)
- 1928 : les occupations d'Eric de Bisschop en Chine ne sont pas clairement établies : conseiller militaire de l'armée chinoise (Lefébure, Taillemitte) [SUJET A CAUTION] ; entre dans la police de la concession française de Shanghai (Danielsson, 12 [SUJET A CAUTION, il y a peut-être confusion avec le cas de Joseph Tatibouet]) ; Eric de Bisschop lui-même reste évasif (Kaimiloa, 7) : "Qu'elle fut étrange ma vie en Chine, vie en partie double ou triple au milieu de mes seuls amis chinois, vie mi-officielle, mi-secrète,... avec toujours le but lancinant, le seul but : réunir assez de dollars pour pouvoir réaliser mon rêve : partir à la conquête du Pacifique et de ses mystères....")
-1931 : commande un cargo chinois sur le Yang Zi Jiang ; rencontre avec Joseph Tatibouet à Hankow (Pierrefeu, 11)

1932-1935 : expéditions des Fou Po (voir le détail sur la page Les Confessions de Tatibouet)
- 1932, 1/10 : départ du Fou Po de Hankow
- 1932,          : naufrage et pillage du navire à Formose
- 1933,          : départ du Fou Po II d'Amoy
                       : Manille, Zamboanga
                       : zone sud des Carolines
                       : Amboine
                       : mer d'Arafura, océan Indien, puis retour
                       : détroit de Torres
                       : Papouasie
                       : Jaluit
- 1935, 25/10 : arrivée à Kalaupapa (îles Hawaii)
-            27/10 : destruction du Fou Po II

1935-1937 : construction du Kaimiloa (voir le détail sur la page Kaimiloa)
- 1935,           : transfert à Honolulu
A Hawaii, Eric de Bisschop va construire la double pirogue Kaimiloa (6) et fait la connaissance de Constance Constable,
- 1936, janvier : opération de l'appendicite
-            mars : début de la construction
-            ???? : rencontre avec Constance Constable
-            octobre : début des essais

1937-1938 : expédition du Kaimiloa (voir le détail sur la page Kaimiloa)
-1937, mars : départ du bateau
                        : Futuna
                        : passage de la Grande Barrière
                        : Surabaya
                        : Le Cap
- 1938,  janvier : Tanger
-             23 mai : Cannes

1938-1940
- 1938 : mariage avec Constance Constable
- 1938 : audition au sujet de la disparition d'Amelia Earheart
- 1939 : publication de Kaimiloa et des Confessions de Tatibouet ;
- 1939 : début de la construction du Kaimiloa-Wakea dans un chantier de Bordeaux
- 1940, 14/06 : départ du Kaimiloa-Wakea (CADN,
- 1940 : accident dans le port de Las Palmas (CADN
- 1940-1941 (?) : séjour à Las Palmas en attente du jugement de l'accident

1941-1947 : Honolulu

- 1941 : nommé agent consulaire à Honolulu (CADN
- 1941,  août : arrivée à Honolulu ; début des fonctions consulaires
- 1941, 13/12 : révoqué par le Département d'Etat de sa fonction diplomatique (CADN,
- 1942, 22/05 : arrêté par la Military Intelligence et détenu 3 jours (CADN, 67)
- 1945/46 : prend le commandement d'une jonque de 50 tonneaux, le Cheng Ho (Danielsson, 23) dans le cadre d'une association avec le propriétaire du bateau pour le commerce du coprah ; la première campagne se solde par un déficit.

1947-1955 : la Polynésie française

- 1947 : départ définitif de Hawaii (Cap à l'Est,   ) avec le Cheng Ho (Danielsson, 23 ; Bengt Danielsson situe ce départ en 1949 ; selon lui, Eric de Bisschop s'approprie indûment le navire, mais il évoque ensuite un procès dont l'issue n'est pas très claire).
- 1949-51 : commerce du coprah en Polynésie française, notamment aux Tuamotu où se trouve Bengt Danielsson, dont il fait alors la connaissance ; il établit aussi des liens d'amitié avec Robert Argod, qui commande le trois-mâts goélette Oiseau des Iles pour le compte de la compagnie des Phosphates d'Océanie (pour laquelle travailleront plus tard les frères Brun) ; avec Francis Cowan ; avec Carlos Garcia Palacios.
- 1951 : faillite de la société de commerce d'Eric de Bisschop ; il devient géomètre pour les îles Australes
- 1951-53 : cadastrage de l'île de Raivavae (???)
- 1953-56 : cadastrage de l'île de Rurutu (Site du collège de Rurutu)
- avant 1956 : rencontre avec Teriitaria, une Polynésienne de Rurutu, qui devient sa compagne (Cap à l'Est, 86) ; ils ont une maison à Rurutu.

- 1955-1956 : construction du Tahiti-Nui

- 1956-1957 : expédition du Tahiti-Nui

- 1957-1958 : construction du Tahiti-Nui II
- 1957, 29 mai : accueil à Valparaiso (Danielsson,
-          , juin    : Santiago
-             juin-août : hospitalisation d'Eric de Bisschop (pneumonie) ; premiers contacts avec les chantiers navals de Constitucion ; départ pour Tahiti de Michel Brun et Francis Cowan.
-             septembre : début de la construction sous la direction d'Alain Brun (Eric de Bisschop se trouve à Lontue pour écrire Cap à l'Est, achevé en janvier).

Deux nouveaux équipiers sont recrutés : l'océanographe français Jean Pélissier, et un ingénieur chilien, Hans Fischer. Juan Bugueño, après être reparti chez lui à Puerto Montt, revient participer au retour à Tahiti.

- 1958 : expédition des Tahiti-Nui II et III (voir la page Bengt Danielsson)





Retour à l'accueil                     Notes