1 Les actions de propagande du couple de Bisschop

SOMMAIRE
Introduction
1) Conférence d’Eric de Bisschop sur la politique du Maréchal Pétain (septembre 1941)
2) Projet d'article pour la revue Collier's (fin 1941)
3) Les interventions médiatiques de Constance de Bisschop
-  Article pour la défense du Maréchal Pétain (Honolulu Star-Bulletin, 3-5 septembre 1941)
- Courrier sur un commentaire radiophonique hostile à Pétain (Honolulu Star-Bulletin, 25 octobre 1941)
- Courrier sur un éditorial hostile à Pétain (Honolulu Advertiser, 25 août 1942)
- Courrier sur une lettre de lecteur hostile à Pétain (Honolulu Advertiser, 7 septembre 1942)

INTRODUCTION
Document 17 (Eric de Bisschop)
Pour tâter l’opinion publique, je permis à ma femme d’écrire, pour la Presse locale, un article à la Défense du Maréchal ; cet article, que je vous communique ci-joint, eut un considérable succès. Dès après sa parution, je fus invité à faire dans de grandes Ecoles d’ici des Conférences sur  la « vraie » situation de la France, sur les « vraies » causes  de son désastre, ainsi que sur le mouvement « Free French ». Inutile de vous dire que j’eus, surtout pour cette dernière partie du programme, à laisser percer quelques réflexions amères sur notre ancienne Alliée. Les réactions furent chaque fois parfaites et je fus, chaque fois, remercié d’avoir su, en présentant des faits précis, éclairer enfin la situation.

1) UNE CONFERENCE D’ERIC DE BISSCHOP
Le document 18 est la conclusion d’une conférence d’Eric de Bisschop (non datée, elle doit dater du mois de septembre) transmise pour information à l’ambassadeur en octobre 1941.
Après avoir posé la question
Quelle est la Politique d’avenir du Maréchal ?
il développe les points suivants :
a) les perspectives d’avenir de l’Europe et de la France en Europe :
Supposons l’Allemagne victorieuse……Si Hitler est sincère dans son projet de reconstruction de la vieille Europe, il ne pourra le réaliser, il ne pourra construire DURABLEMENT que si chaque Nation, REDEVENUE NATION, est appelée par lui à collaborer à l’oeuvre commune… et ceci, LIBREMENT, chacune selon son propre Génie.
Une telle Collaboration est-elle possible ?...... Il est permis  de l’espérer….. Il est permis aussi de n’y pas trop croire… L’Avenir seul nous révèlera la vraie figure d’Hitler : celle d’un véritable Génie… ou celle du plus parfait des détrousseurs de grands-routes.
Si, alors, il commet la folie de vouloir dominer l’Europe conquise, de la maintenir sous sa botte, alors nous n’avons plus à nous préoccuper de l’effondrement de son régime.. : il sera rapide et définitif entraînant avec lui la ruine de l’Allemagne, le nazisme sera vaincu, ni par des avions et des tanks, ni par des  Flottes maîtresses des Mers, mais par la seule Haine des VAINCUS, par celle aussi peut-être du propre peuple allemand.
Ce sera l’heure, ALORS, de prendre cette Offensive, si tragiquement stupide AUJOURD’HUI, cette Offensive dont on parle tant, l’Offensive dite du «V».
Vision intéressante, mais qui atteste d’un certain aveuglement en faisant l’impasse sur la réalité de 1941, reportant à plus tard (la victoire de l’Allemagne) la haine dont l’Allemagne est déjà l’objet en 1941. Sur ce point, on peut rappeler qu’Eric de Bisschop n’a eu aucune expérience de l’occupation allemande
b) l’inanité de la résistance française (gaulliste et communiste confondues)
L’encouragement à « la Révolte », l’ordre de combattre et d’attaquer  sont donnés à des civils désarmés, diffusés de part devant le micro- phone d’un Pays où se trouvent des millions de soldats équipés pour la Guerre.
Les exaltés, qui croient devoir obéir à ces ordres mériteraient de la Pitié s’ils n’étaient que des fous… mais ils sont des lâches aussi : ils frappent dans le dos, sachant très bien que par leurs gestes isolés, inutiles et sans gloire, ils assassinent du même coup des cinquantaines de leurs frères innocents.
Je répète « des lâches » … car le jour ou l’on m’apprendra qu’un Français a assassiné un Allemand, sous le prétexte qu’il fut son  vainqueur et qu’il occupe le sol de sa Patrie, mais qui, son geste fait, est resté devant sa victime, attendant avec fierté son châtiment, je dirai de lui : « Tu es un fou, mais je m’incline devant toi, car tu es aussi un brave »…… Jusqu’à ce jour, autant que je sache, le coup, après avoir été lâchement porté, fut chaque fois suivi d’une fuite honteuse. C’est si peu « français » tout cela que je suis très disposé à croire que de tels actes ne peuvent être dictés que par des Ames qui ne sont pas .. ou ne sont plus « françaises ».
c) L’action de Pétain
Que fait aujourd’hui le Maréchal PETAIN, Chef de l’Etat Français ? Ce qu’il a toujours fait dans les heures graves de sa Vie glorieuse IL GARDE SON CALME ; Il donne aussi l’exemple de cette vertu qu’il  conseillait au Peuple de France : « Pour nous tous, la Patience est peut-être aujourd’hui la forme la plus nécessaire du Courage. » Il observe… Il attend. Rien jusqu’ici ne lui interdit de croire en la sincérité de son vainqueur : les Conditions d’Armistice, quoiqu’on en dise, ont été par Hitler observées.. si modifications il y eut elles furent chaque fois une victoire due au prestige du Maréchal… Est-ce une tactique du vainqueur, destinée à tromper la FRANCE ? L’Avenir, seul, nous le dira.
La dernière phrase qui suppose une ambiguïté de la politique hitlérienne est un autre exemple d’aveuglement volontaire.
d) Le rôle des Etats-Unis dans l’Europe après la guerre
C’est à cette Heure de la Reconstruction de l’Europe (qui, (qu’) on le veuille ou non entraînera celle du Monde) que les ETATS-UNIS d’AMÉRIQUE pourront avoir à jouer le Rôle le plus glorieux que jamais Nation eut dans l’Histoire.
Votre grande République, que chacun sait ne pas vouloir abuser de sa Puissance, chaque jour plus armée, chaque jour plus maîtresse des richesses du Monde, aura à faire entendre sa Voix.
Je la vois, aidant à relever les ruines et apaisant les vieilles Haines, tuant les Egoïsmes, présidant à cette Reconstruction du Monde, lui voulant des assises stables et meilleurs. Elle seule enfin pourra être l’Organisatrice, acceptée par tous, de cette Police internationale qui manqua tant à cette autre Société des Nations, la Mort-née de Genève.
Vision tout à fait juste, mais placée dans un cadre irréel (celui d’une guerre gagnée par l’Allemagne ou d’une Allemagne vaincue sans l’intervention des Etat-Unis),
e) Le rôle de la France dans l’Europe future
Et quand viendra cette Heure, (et elle viendra fatalement) dans notre vieille Europe épuisée de VAINQUEURS ET DE VAINCUS, il y aura un Pays, moins épuisé peut-être que les uns ou les autres, un Pays que votre Presse souvent se plait à diminuer mais que votre Gouvernement, plus éclairé, semble suivre avec sympathie.. la FRANCE une FRANCE plus VIRILE, plus BELLE… plus PROPRE.
Alors, cette FRANCE, à l’Ame reforgée, de l’autre côté de l’Atlantique tendra les deux mains à votre grande République avec une  affection qui sut résister aux mensonges et aux calomnies……
Ainsi se réalisera la parole du MARECHAL :
 «VOUS VERREZ, FRANÇAIS, UNE FRANCE NEUVE SURGIR DE VOTRE FERVEUR»
«GARDEZ VOTRE CONFIANCE EN LA FRANCE IMMORTELLE».

2) PROJET D'ARTICLE POUR LA REVUE COLLIER'S
Documents 22, 24, 25, 32, 33 : cette série concerne la publication d’un article d’Eric de Bisschop sur le maréchal Pétain dans la revue Collier’s : il semble que l’article (absent du corpus) n’ait finalement pas été publié (Document 54) :
Collier’s me demanda une première étude qui, malheureusement  ne lui parvint qu’après la Déclaration de Guerre des Etats-  Unis : elle apparut alors aux Editeurs (et aussi sans doute  aux services de la Censure déjà alertés par d’antérieures  activités « pro Pétain ») contenir trop de vérités désagréables pour l’heure.

3) LES INTERVENTIONS MEDIATIQUES DE CONSTANCE DE BISSCHOP
Les documents 20 et 21 sont des textes publiés dans le Honolulu Star-Bulletin, l’un comme article de fond, l’autre comme lettre à l’éditeur.

Document 20 (1245 mots, 6860 caractères) : publié les 3, 4 et 5  septembre 1941 pour rétablir la « vérité » sur Pétain qui est, selon elle, calomnié dans la presse américaine. En dehors de témoignages sur la personnalité de Pétain (infra), Constance de Bisschop utilise un argumentaire pétainiste classique qu’elle étaye par une meilleure connaissance de l’histoire récente que la plupart des Américains.

Document 21 (681 mots, 3800 caractères) : publié le 25 octobre 1941 à propos d’un commentaire radiophonique désignant Pétain comme hypocrite, certainement à propos de son discours sur l’exécution des otages.
 In his plea to the French to stop shooting the Germans is the anguish of knowing that if the assassinations continue many innocent will suffer. What heartfelt prayer for understanding must have gone into his appeal, what anguish, too, to feel that he would be helpless to save his countrymen should events, such as those which recently took place, occur. Is that hypocrisy?
No doubt many will applaud the shootings as acts of bravery but to me they are acts of pure cowardice. To shoot and run knowing that the death penalty will fall on innocent countrymen – tell me, what true Frenchman would do that?
Bien que publié comme courrier, le document 21 occupe une place conséquente dans le journal et a une teneur d’éditorial, d’autant plus qu’il ne concerne pas un article paru dans ce journal.

Le document 64 est une « Lettre de lecteur » adressée par Constance de Bisschop au journal The Honolulu Advertiser, datée du 25 août 1942, et publiée le 28. Dans une première partie, elle affirme que la presse américaine a plusieurs fois annoncé des fausses nouvelles sur la politique de Pétain. Puis elle prend la défense de Pétain :
Petain has never been a politician. He had already reached the pinnacle of honor and fame before France’s disaster. He took upon his old shoulders the heavy task of raising her from ruins. His spotless prestige saved his country from revolution. The faith of the French people in him is based on gratefulness and veneration. The courageous soldier, hero of Verdun, can never be considered by any, save those blinded by passion or self-interest, as a “traitor” or a “corrupt” man. His entire life has been one of duty and sacrifice. The 86 years weigh no heavier upon his shoulders nor impede him any more than the youth of Jeanne D’Arc impeded her. Both are and have been sustained by an ideal. The old soldier shall deliver France, as did the young girl, from the enemy’s boot.
faisant pour conclure appel au témoignage de l’amiral Leahy, ambassadeur des Etats-Unis à Vichy jusqu'en mai 1942.

Le document 65 est encore une « Lettre de lecteur » adressée par Constance de Bisschop au journal The Honolulu Advertiser et datée 7 septembre 1942. Elle y répond à une autre lettre de lecteur signée Yours for justice sur un point précis d’histoire. Yours for justice affirmait qu’en juin 1940, Pétain avait promis à Churchill de livrer à l’Angleterre 600 aviateurs allemands prisonniers de guerre. Constance de Bisschop rétablit la marche réelle selon elle (et en l’occurrence effectivement plus conforme à la réalité) des événements : il n’y a pas eu d’entrevue Churchill-Pétain, mais le 13 juin, Pétain n’étant pas encore à la tête du gouvernement, une entrevue Churchill-Reynaud qui portait sur la flotte française. Le 19 juin a eu lieu une entrevue Pétain-Halifax, toujours sur la flotte. Après quoi, elle revient sur l’affaire des aviateurs….. introduisant elle-même un lieu commun sur les relations entre la France et la République espagnole, à qui auraient été vendus les meilleurs avions de la France, de sorte qu’il n’y avait plus d’avions français disponibles en 1940, assertion reprise de Pétain (cf. document 20).

Il semble que les deux journaux aient eu un positionnement différent, le Star-Bulletin plutôt pétainiste et l’Advertiser plutôt anti-pétainiste. Néanmoins Constance de Bisschop parvient à se faire entendre dans ce dernier, recevant une forme d’excuses de la part du journal.


Retour à la quatrième partie                                   
Retour à l'accueil